Patrimoine et arts populaires

Adrar, dispose d’un patrimoine séculaire et ancestral traversant
l’histoire du Sahara, au travers d’une gestuelle et de paroles

envoutantes qui a charmé des franges entières de populations.

 

Folklore
Les hôtes de la région, découvriront les multiples facettes, d’un
art populaire, ancré dans la société. La diversité de ces chants
et danses du terroir tel qu’un aimant, agit sur la personne et lui
procure une espèce de sérénité retrouvée pour certains.

Baroud
Symbole de joie et de fêtes, marque
surtout la réussite dans les conquêtes
de guerres. Cette danse est l’expression
chorégraphique, elle est imitée par des
gestes et des jeux, en formant un cercle
bien fermé, épaule contre épaule,
éliment toute intrusion; la tension
augment er atteint son paroxysme
jusqu’à l’explosion de la salve.


Sara
Ou la danse du maniement du sabre; les
participants forment un cercle, la guerre
est mimée, les épées sont remplacés par
des bouts de bois avec on exécute des
jeux d’escrime, et l’on danse sur des
rythmes endiablés jusqu’à l’exaltation.
Hadra
Elle est exécutée sous forme de face à face
de 2 rangées parallèles des membres de la
«fokra», qui chantent les louanges du Saints
(Mad’h) et danse au rythme effréné des
Bendirs.
29
ADRAR
La merveille du Sahara

Tbel
S o u v e n t s u r n o m m é e « T b e l
Ain Belbel», dans le Tidikelt, et
«Chellali» et «Ahmed Lak’hal»
dans le Touat. Il est en fait un
instrument de percussion, un
tambourin en bois et la Flûte.
Berzana
C’est une danse traditionnelle, existe
dans tous les territoires de la wilaya.

 

Ahellil
Ahellil, chant ancestral religieux,
classé par l’Unesco comme étant un
patrimoine immatériel de l’humanité
(2005), est aussi, vivace dans le
Gourara. Chaque année au mois de
décembre/janvier, un festival, lui est
dédié pour perpétuer cette tradition
de l’Ahellil auprès des franges de la
société Gourarienne et sauvegarder
par la même occasion des valeurs
culturelles dans le pays. C’est un
chant soufi pratiqués depuis des
siècles dans le Gourara, avec ces
deux formes Takarebt et Ahellil,
utilisant des instruments traditionnels
locaux, il y demeure vivant auprès
des populations qui en font un
moment de plaisir de communions et
de convivialité durant les étés chauds
et les mariages. Chaque année un
festival des chants sacrés de l’Ahellil
est organisé à Timimoun regroupant
toutes les troupes du Gourara.